linkclubformationsocial-linkedinetude
Marc Lévi- Psychothérapeute, Psychanalyste

La période actuelle nous impose un confinement indéterminé… ce qui peut-être une source de stress bien réelle pour les salariés qui voient leurs habitudes bouleversées. Comment réagir ?

La période actuelle nous impose un confinement indéterminé… ce qui peut-être une source de stress bien réelle pour les salariés qui voient leurs habitudes bouleversées. Comment réagir ? Réponses avec Marc Levi, psychologue clinicien spécialiste des risques psychosociaux au travail.

La période actuelle nous impose un confinement indéterminé… ce qui peut-être une source de stress bien réelle pour les salariés qui voient leurs habitudes bouleversées. Comment réagir ? Marc Levi, psychologue clinicien spécialiste des risques psychosociaux au travail, m’a répondu (par téléphone, évidemment). 

Pour la version audio de l’entretien, cliquez-ici :

Oui, il y a des raisons de s’inquiéter du stress des salariés durant le confinement.

La situation que nous affrontons est totalement exceptionnelle à l’échelle de notre histoire. Et tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. 

Le COVID-19 n’aura peut-être pas d’incidence réelle sur 85% de la population, tout comme 85% des salariés ne ressentiront pas de stress lié au confinement. Ils vont réussir à gérer, s’organiser et profiter de ces moments pour se retrouver en famille et pour réfléchir à leur vie future. 

Mais il y a les 15% des salariés restant qui, eux, vont probablement le vivre très mal. 

Deux étapes à surveiller pour pallier aux situations de stress

 

  1. Pendant – attention aux personnes seules : enfermées chez elles, sans accès aux bureaux, elles vont se sentir isolées, complètement désocialisées, et vont présenter des risques anxio-dépressif. Des traumatismes peuvent se produire, et il faudra gérer le choc post-traumatique.
     
    Bon à savoir : le traumatisme aussi a sa période d’incubation !
    Ici aussi, la façon dont cela peut se dérouler est comparable à celle du Covid-19. Lorsqu’on attrape le virus, on peut ne pas s’en apercevoir pendant 10 jours, et le 11ème il va se déclencher extrêmement violemment. C’est la même chose pour des traumatismes. Ils peuvent incuber pendant une certaine période et se déclarer au bout de 10, 15 jours, voire 3 semaines.
  2. Après – le délicat retour à l’emploi : La période de confinement donne lieu à une modification des repères. Une nouvelle inversion de ceux-ci peut être stressante pour l’humain et donc le salarié. 

Le dispositif le plus efficace ? Se voir, se parler

Lors des deux étapes, il faut d’abord comprendre et pleinement accepter l’existence de ces risques. Ce n’est qu’ensuite que l’on peut réfléchir à un dispositif. Le plus accessible et efficace reste une écoute téléphonique régulière, sous forme de visio-consultation. On va pouvoir alors accueillir la parole, expliquer à la personne comment gérer son anxiété, son stress, et comment absorber le choc traumatique qu’est le confinement et l’obligation de rester à domicile.

 

Pour prévenir ces risques et bien prendre en charge vos collaborateurs, ConvictionsRH vous aide à mettre en place une hotline dédiée. Retrouvez toutes les informations ici.

Un grand merci à Marc Levi. Toute l’équipe de ConvictionsRH reste à votre disposition pour vous aider à mettre en place des dispositifs adéquats.

Management